Catégories
Tourisme & Culture

Votez pour l'Arbre belge de l'année 2020

Il est temps d’aimer nos arbres! Choisissez entre ces six beaux arbres centenaires de Belgique et votez pour l'Arbre de l'année 2020!

Les fans du Concours Eurovision de la Chanson sauront que l'entrée de Belgique alterne entre Flandre et Wallonie. Le radiodiffuseur flamand VRT sélectionne l'entrée les années paires; la chaîne de télévision francophone RTBF les années impaires. La même procédure s'applique au concours belge «Arbre de l'année». En 2020, c’est au tour des organisations environnementales flamandes de coordonner le concours: «Boom van het Jaar». L'arbre gagnant représentera la Belgique au prestigieux concours de l'arbre européen de l'année 2021. (Voir le gagner des arbres européens en 2020).

Le but de l'initiative est de promouvoir la connaissance et l'intérêt pour les arbres spéciaux. Mais il est temps d’aimer tous les arbres. Non pas qu’il n’y ait rien de nouveau dans ce concept. Les druides européens vénéraient les chênes (et le font toujours); les séquoias faisaient partie intégrante des cultures amérindiennes; les baobabs faisaient partie de la vie tribale africaine; les esprits des arbres étaient des personnages importants dans les mythes grecs anciens. Nous continuons à valoriser les arbres pour leur influence apaisante via des pratiques telles que le bain de forêt.

Et il existe une multitude de raisons très pratiques pour admirer, vénérer et préserver les arbres. Les arbres produisent de l'oxygène, réduisent le dioxyde de carbone et absorbent la pollution atmosphérique. Les arbres nettoient le sol en absorbant des produits chimiques dangereux et d'autres polluants qui sont entrés dans le sol. Ils étouffent le bruit urbain et réduisent la pollution sonore. Les arbres réduisent les crues soudaines, fournissent de l'ombre et du refroidissement, agissent comme des brise-vent et combattent l'érosion des sols. Et je n'ai même pas commencé sur les énormes avantages pour la faune en termes de nourriture et d'habitat.

Mais revenons à la concurrence. Les arbres candidats ont été soumis par le grand public et le 1er septembre, le jury a annoncé les six lauréats provinciaux. Vous pouvez maintenant voter pour votre arbre belge préféré. Le gagnant sera annoncé le 15 octobre.

Vous trouverez ci-dessous une brève description des six gagnants provinciaux. Choisissez celui qui, selon vous, mérite le prix de l'arbre belge de l'année et dirigez-vous vers ce site voter pour ça!

DE VIERSTAMMIGE KASTANJE: LE CHÂTAIGNE AUX QUATRE TRONQUES

Représentant la Flandre occidentale, ce survivant d'Ypres de deux guerres mondiales. Cet imposant châtaignier fut planté vers 1860, lorsque la forteresse militaire d'Ypres fut transformée en parc public. Avec le reste d'Ypres, la châtaigne a beaucoup souffert pendant la Première Guerre mondiale. Pourtant, étonnamment, la souche est restée vivante. De la souche, quatre nouveaux troncs ont surgi spontanément. L'arbre a été autorisé à rester à sa place, où il borde désormais la porte de Menin, inaugurée en 1927. Les quatre troncs latéraux ont également été épargnés pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque les habitants d'Ypres ont été contraints d'abattre de nombreux arbres pour le bois de chauffage. Avec un tronc de 9,1 mètres de circonférence, ce châtaignier symbolise parfaitement la survie d'Ypres.

DE YMERIAPLATAAN: L'AVION YMERIA

Situé à Wijgmaal, dans le Brabant flamand, ce platane est en fait une combinaison de six arbres différents, tous âgés de plus de 200 ans, qui ont grandi ensemble. L'arbre d'origine a été planté à côté d'un moulin à eau. Il a fourni de l'ombre indispensable pour empêcher la roue du moulin de se dessécher. Le moulin a disparu depuis longtemps. Mais l'avion Ymeria demeure. Il a presque disparu pour laisser place au complexe sportif Ymeria. Mais heureusement, l'arbre a été sauvé et le parking a été construit autour de lui. En effet, il a reçu un traitement spécial. La terre végétale environnante a été enlevée avec une technique spéciale, sans endommager les racines. La nouvelle couche de sol assure un apport optimal en air et en eau à l'arbre. Et sa couronne a été soigneusement taillée pour empêcher les longues branches de se casser et d'endommager le tronc. Sa circonférence mesure plus de 9 mètres et avant la taille, il s'élevait d'au moins 30 mètres au-dessus du sol.

Arbre de l'année DE YMERIAPLATAAN

DE ADVOCAAT VAN DEURLE: «L'AVOCAT» TILIER DE DEURLE

Depuis des années, des tilleuls ont été placés aux entrées des villages. Ici, ils dissuadent les visiteurs mal intentionnés et purifient les mauvais esprits. Depuis 1767, le village de Deurle, en Flandre orientale, était gardé par deux imposants tilleuls, surnommés The Lawyer et The Notary. Depuis, ils ont été immortalisés dans des poèmes et des peintures. Les deux ont survécu à un ordre d'abattage dans les années 1950; le tracé d'une nouvelle route a été modifié à la dernière minute pour les accueillir. Les arbres semblaient prêts à durer encore 200 ans. Hélas, cela ne devait pas être. Dans les vents cruels de 1983, le notaire s'est écrasé au sol; L'avocat avait perdu son fidèle compagnon. Maintenant seul, The Lawyer continue de faire son devoir.

Arbre de l'année 2020 DE ADVOCAAT VAN DEURLE

DE VELDMAARSCHALK: LA CHÂTAIGNE DOUCE DU MARAIS DE CHAMP

Au Limbourg maintenant, où à droite de l'entrée du château de Pietersheim, un châtaignier solitaire marque le monticule commémoratif des Espagnols tombés au 17e siècle. C'est alors que l'armée espagnole campa dans le parc du château. Bien qu'aucun reste humain n'ait été retrouvé lors des fouilles archéologiques, les ossements de chevaux remontent aux batailles qui ont eu lieu dans cette région à cette époque. Il semble que ce bel arbre ait été planté au 18ème siècle en souvenir du second mariage du maréchal Jan Filip Eugène de Merode avec la princesse Charlotte de Nassau-Hadamar. Avec son beau tronc et sa circonférence impressionnante de 4,8 mètres, c’est l’un des arbres vétérans du parc.

Arbre de l'année: DE VELDMAARSCHALK

DE REUS VAN HET DIELEGEMBOS: LE HÊTRE GÉANT DE LA FORÊT DIELEGEM

En Région de Bruxelles-Capitale, la forêt de Dielegem appartenait autrefois aux moines prémontrés qui habitaient le plus ancien monastère de Bruxelles. Le sous-sol de la colline de Dielegem est constitué de couches de calcaire facilement exploitables, qui constituaient la principale source de revenus de l'abbaye. Après l'extraction complète des couches de pierre au XVIIIe siècle, les moines ont décidé de tirer profit de leurs terres en plantant des arbres. Selon l'âge présumé de ce hêtre géant, il a probablement été planté par les moines il y a plus de 200 ans. Le monastère n'a pas survécu à la Révolution française. L'arbre l'a fait. Et survit encore aujourd'hui.

Arbre de l'année 2020: DE REUS VAN HET DIELEGEMBOS

KAPPELLEKENSBOOM: LA CHAPELLE ACACIA

Ce magnifique acacia domine le centre de Heidehuizen dans la province d'Anvers. Son origine est un mystère. Mais ce que l'on sait, c'est qu'il a toujours abrité une petite chapelle. L'arbre et la chapelle sont tous deux vénérés par les résidents locaux. À tel point que de grands efforts ont été déployés pour s'occuper des deux. La chirurgie des arbres littéralement de pointe a sans aucun doute prolongé la vie de l’acacia. Elle est maintenant soutenue et soutenue pour s’assurer qu’elle continue de dominer la petite chapelle.

Arbre de l'année 2020: Kapellekensboom Heidehuizen

Alors voilà. Les six prétendants au trône. Choisissez celui qui, selon vous, mérite d'être nommé Arbre belge de l'année 2020 et votez pour ce site.

Si cela vous a incité à sortir et à vous promener dans une forêt en Belgique, voici quelques suggestions:

Si vous n'êtes pas encore abonné à Discovering Belgium et souhaitez recevoir de nouveaux articles sur la nature, la marche et le vélo en Belgique, il vous suffit d'ajouter votre email ci-dessous:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *