Catégories
Politique

Un nationaliste flamand condamné à la prison pour traite des êtres humains – POLITICO

Un ancien conseiller municipal de la ville de Malines a été condamné à une peine de prison au motif qu’il avait exigé des pots-de-vin pour inscrire des personnes fuyant les zones de conflit en Syrie et en Irak sur les listes des candidats belges aux visas humanitaires.

Le tribunal correctionnel d'Anvers a appris que Melikan Kucam avait autrefois servi d'intermédiaire auprès du cabinet de l'ancien secrétaire belge aux migrations et à l'asile, Theo Francken, et avait gagné des milliers d'euros pour avoir organisé une opération de sauvetage pour les chrétiens de Syrie et d'Irak alors qu'il était encore à Malines. Conseil municipal.

Selon le tribunal, en 2017 et 2018, Kucam a contourné le Cabinet et la procédure habituelle au bureau de l'immigration, qui accorde aux gens une place sur les listes de candidats à un visa humanitaire en fonction du mérite, et a demandé aux gens de lui payer des milliers d'euros directement pour un place sur la liste. Ceux qui ne pouvaient pas payer étaient menacés.

L'ancien conseiller, membre de la Nouvelle Alliance nationaliste flamande (N-VA), a été arrêté en janvier 2019 et poursuivi pour traite d'êtres humains, corruption passive et association de malfaiteurs.

Mardi, il a été déclaré coupable des trois chefs d'accusation et condamné à huit ans de prison et à une amende de 696 000 €, ont rapporté les médias belges.

Sur les 293 personnes inscrites sur ses listes, 246 ont obtenu des visas. Cent d'entre eux ne sont jamais allés en Belgique pour demander l'asile, mais se sont rendus directement dans d'autres pays de l'UE, ce qui va à l'encontre des critères légaux des visas humanitaires, journal belge De Tijd a rapporté.

Kucam a nié les accusations et a déclaré que l'affaire avait pour but de «discréditer» la N-VA. Francken et Kucam sont tous deux membres du parti nationaliste flamand.

En réaction à la condamnation, Francken a déclaré que si Kucam était reconnu coupable par le tribunal, «il devrait être puni sévèrement». Francken a également défendu sa politique, grâce à laquelle «nous avons pu sauver de nombreux chrétiens syriens des griffes de (Daech)».

L'ancien ministre du Cabinet a toujours nié toute implication dans l'affaire. Mais le député vert Wouter De Vriendt a dit mardi c'était «l'entière responsabilité» de Francken que Kucam puisse fonctionner comme il l'a fait.

L'actuel secrétaire d'État à l'asile et à la migration, Sammy Mahdi, a salué la décision, ajouter que «le système de visa humanitaire doit être plus transparent».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *