Catégories
Politique

Un eurodéputé noir accusé d'avoir insulté la police, accusée de violence raciste – POLITICO

Députée européenne Pierrette Herzberger-Fofana | Emile Gomez / Union européenne

Pierrette Herzberger-Fofana a démenti ces allégations.

Par

Actualisé

Les autorités belges ont décidé d'ouvrir une enquête sur les allégations selon lesquelles une eurodéputée noire aurait insulté des policiers qu'elle a accusés d'avoir utilisé des violences racistes contre elle.

Plus tôt ce mois-ci, Pierrette Herzberger-Fofana, une eurodéputée de 71 ans du groupe des Verts, a pris la parole au Parlement européen pour dire à ses collègues qu'elle avait déposé une plainte contre plusieurs policiers belges qui avaient "brutalement pressé". elle contre un mur pour chercher des documents.

Herzberger-Fofana a déclaré que l'incident du 16 juin s'est produit après qu'elle ait essayé d'utiliser son téléphone portable pour filmer la police "harcelant" des jeunes noirs près de la gare du Nord à Bruxelles. Les policiers ont refusé de la croire lorsqu'elle a dit qu'elle était députée européenne, a-t-elle déclaré. "Je considère cela comme un acte raciste et discriminatoire", a-t-elle déclaré.

La police belge a démenti ces accusations mais a également lancé une enquête sur l'incident. Cependant, il est apparu que Herzberger-Fofana pourrait elle-même faire l'objet d'une enquête.

Un porte-parole de la police a déclaré lundi que, comme d'habitude, les policiers ont déposé un rapport de l'incident auprès d'un juge du parquet. Le juge "leur a alors demandé de rédiger un rapport officiel pour insulte verbale", a déclaré Audrey Dereymaeker, porte-parole du siège nord de la police de Bruxelles.

"La rédaction du rapport est la première étape d'une enquête pour insulte", a déclaré Dereymaeker.

Dereymaeker a déclaré que lors de l'incident "il y avait un problème concernant les papiers d'identité de Mme Herzberger-Fofana" et "elle a été fouillée par une collègue".

Elle a déclaré que, selon la police, l'eurodéputée n'a pas résisté physiquement mais a commis "un outrage concernant les termes qu'elle a utilisés".

Herzberger-Fofana n'a pas pu être joint immédiatement pour commenter. Cependant, elle a précédemment nié fermement avoir insulté les policiers.

Suite à cet incident, le président du Parlement européen, David Sassoli, a exhorté la Première ministre belge Sophie Wilmès à prendre "des mesures immédiates et nécessaires" et "à résoudre cette affaire douloureuse dans les meilleurs délais". Wilmès a répondu qu'une enquête avait été ouverte sur la plainte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *