Catégories
Politique

Paris bloquera l'accord UE-Chine, déclare le ministre du Commerce – POLITICO

La France refuse de soutenir un accord d’investissement UE-Chine si la question du travail forcé n’est pas abordée, a déclaré au Monde Franck Riester, le jeune ministre français du Commerce.

"Nous ne pouvons pas faciliter les investissements en Chine si nous ne travaillons pas pour abolir le travail forcé", a-t-il déclaré.

Les accords commerciaux devraient être utilisés comme levier "pour faire avancer les problèmes sociaux", a déclaré Riester. Il a également averti que l'accord conduisait à un meilleur accès au marché, mais pas à une protection des investissements, "même s'il est important de protéger nos entreprises des risques d'une nationalisation soudaine".

Bruxelles et Pékin espéraient conclure un accord d'investissement historique avant la fin de l'année. Mais les pourparlers entre le chef du commerce de l'UE Valdis Dombrovskis et le vice-premier ministre chinois Liu He, provisoirement prévus mardi matin, ont été reportés après l'opposition de la nouvelle administration américaine et des capitales de l'UE.

La Pologne mardi déjà exhorté l'UE de ne pas précipiter les choses et de coopérer davantage avec Washington. Selon Riester, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas soutiennent le scepticisme français.

Un diplomate de l'UE a confirmé qu'un "groupe important de pays" a repoussé la Commission cette semaine sur l'accord UE-Chine, à la fois en raison du problème du travail forcé et du manque de protection des investissements pour les entreprises de l'UE en Chine.

Un porte-parole de la Commission n'a pas pu donner plus d'informations sur un futur appel entre Dombrovskis et Liu He, affirmant que "les deux parties sont en contact permanent afin de résoudre les problèmes en suspens".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *