Catégories
Actualités Belges

L'Europe se prépare à la deuxième vague de coronavirus | Nouvelles du monde

L'Europe se prépare à une deuxième vague de coronavirus alors que les épidémies persistantes soulèvent la perspective de restrictions réimposées à un moment où des millions de personnes voyagent à travers le continent pour leurs vacances d'été.

le Espagnol La région de la Catalogne pourrait devoir réintroduire des mesures de verrouillage si les foyers ne sont pas maîtrisés dans les 10 jours, tandis que France a appelé ses jeunes à être plus vigilants après une forte augmentation des cas de Covid-19 chez les jeunes.

La semaine dernière, les autorités sanitaires espagnoles ont reconnu que le pays pourrait déjà connaître une deuxième vague d'infections après la levée du verrouillage strict de trois mois à la fin du mois de juin.

<iframe class = "interactive-atom-fence" srcdoc = "






">

Lundi, le président régional de la Catalogne – l'une des régions les plus durement touchées par la résurgence du virus – a déclaré que la situation était similaire à celle avant le verrouillage national en mars.

"Nous sommes dans les 10 jours les plus importants de l'été et pendant ce temps-là, nous verrons si nous sommes capables de régler la situation par la solidarité, la coopération et un effort collectif", a déclaré Quim Torra.

"Mais la situation est critique et si nous n'y parvenons pas, nous devrons reculer."

Près de 8 000 cas ont été diagnostiqués en Catalogne au cours des 14 derniers jours, soit près de la moitié des 16 410 détectés en Espagne. Dans la région voisine d'Aragon, où les infections ont également augmenté, 738 nouveaux cas ont été enregistrés vendredi et samedi.

De nombreuses épidémies sont apparues dans des bars et des clubs, mais d'autres grappes ont été attribuées aux cueilleurs de fruits et légumes saisonniers, dont les mauvaises conditions de vie et de travail rendent souvent la distanciation sociale difficile.

Vendredi, le ministère espagnol de la Santé a signalé 922 nouveaux cas de Covid, contre 971 la veille. Lorsque la pandémie était à son apogée le 31 mars, l'Espagne comptait 9 222 nouvelles infections en une seule journée.

María José Sierra, directrice adjointe du centre espagnol des urgences sanitaires, a noté la semaine dernière que l’incidence du virus avait triplé en seulement deux semaines, passant de 8,76 cas pour 100 000 personnes le 3 juillet à 27,39 pour 100 000 personnes.

Vendredi, le gouvernement catalan a ordonné à toutes les boîtes de nuit de fermer pendant quinze jours et a imposé un couvre-feu de minuit dans les bars de Barcelone et de Lleida et ses environs, qui ont tous deux fait état d'une augmentation du nombre de nouveaux cas. Il a également conseillé aux barcelonais de rester chez eux, mais le conseil a été ignoré car de nombreuses personnes affluent vers les plages.

Face aux fermetures et aux couvre-feux, certains jeunes se sont mis à tenir botellónes, ou beuveries, dans les rues.

Torra a appelé à la fin de ce comportement, disant: «Aujourd'hui, un botellón n'est pas une fête; cela montre un manque de solidarité.

Le message a été repris par le ministre français de la Santé, qui a exhorté les jeunes à être vigilants et à maintenir les mesures de sécurité contre les coronavirus, notamment garder leurs distances, se laver les mains et porter des masques.

«Lorsque nous effectuons des tests de masse, nous voyons beaucoup de jeunes patients… plus de jeunes que lors de la vague précédente», a déclaré Olivier Véran ce week-end.

«C'est notamment le cas en Île-de-France (Paris) où l'on voit des jeunes infectés sans savoir comment cela s'est passé. Il est clair que les personnes âgées font toujours très attention, tandis que les jeunes y prêtent moins d’attention. »

Jérôme Marty, président d'un syndicat de généralistes français, a déclaré que les vacances d'été seraient un moment crucial dans la crise des coronavirus.

«Tout est en danger dans les trois prochaines semaines car nous entrons dans la période dangereuse», a-t-il déclaré à la radio Europe 1.

«C’est le moment où il y a le plus de mouvements et de concentration de population. Il y a des régions où il y a normalement 10 000 habitants et soudainement 60 000 ou 80 000 habitants. Du jour au lendemain, cela peut entraîner une augmentation correspondante du nombre d'hospitalisations. »

Gens masqués au bord de la plage à Quiberon



Quiberon en Bretagne, où les plages ont été fermées de 21h à 7h après une augmentation des cas de Covid-19. Photographie: Fred Tanneau / AFP / Getty Images

A Quiberon, en Bretagne, où il y a eu une augmentation des cas de coronavirus, les autorités locales ont fermé les plages de 21h à 7h du matin après que 54 jeunes ont été diagnostiqués avec Covid-19.

Les responsables ont averti que davantage de bars et de plages seraient fermés si le nombre de cas continue d'augmenter.

Pendant ce temps, BelgiqueLe gouvernement devrait resserrer les restrictions visant à réduire la propagation de Covid-19 après une forte augmentation du nombre national d’infections et une augmentation de 500% en semaine dans la ville d’Anvers.

Le Conseil national de sécurité (CNS) du pays dirigé par la Première ministre, Sophie Wilmès, se réunira lundi après-midi pour décider s'il convient de promulguer des verrouillages locaux et de réduire la taille autorisée des «bulles sociales» face à une deuxième vague de la maladie .

Marc Van Ranst, membre de la Belgique comité consultatif sur les coronavirus, a déclaré que la réunion était «la plus importante… à se tenir depuis mars», lorsque le verrouillage national a été imposé.

«Nous agissons plus tôt que lors de la première vague; nous voulons également arrêter (une nouvelle vague) plus tôt », a déclaré Van Ranst.

<iframe class = "clôturé" srcdoc = "

Faire appel à

légende-coronavirus

">

Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, une agence sanitaire de l'UE, une augmentation du taux de notification par période de 14 jours a été observée en Belgique, en Bulgarie, en République tchèque, en France, au Luxembourg, en Roumanie, en Espagne et au Royaume-Uni.

Allemagne compte environ 6 100 cas actifs du virus. L’agence gouvernementale de lutte contre les maladies, l’Institut Robert Koch (RKI), s’est déclarée préoccupée ces derniers jours par l’augmentation du nombre de cas.

Au cours du week-end, 500 personnes ont été placées en quarantaine à Mamming, dans l'est de la Bavière, après que 170 ouvriers agricoles d'une plantation de légumes ont été testés positifs pour le coronavirus.

Dans voisin L'Autriche, Au Wolfgangsee, une station balnéaire populaire fréquentée par les touristes allemands, les autorités s'attaquaient à une épidémie de 53 cas qui auraient été propagés par de jeunes membres du personnel de l'hôtel, qui vivaient apparemment dans des quartiers rapprochés. Sept hôtels, une pizzeria et deux bars à St Wolfgang, la ville principale, ont été touchés et ont dû fermer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *