Catégories
Politique

Les participants à la démonstration de Bruxelles devraient désormais adopter des «gestes de barrière», déclare le conseiller – POLITICO

Des gens participent à une manifestation contre le racisme, à Bruxelles, le 7 juin 2020 | Aris Oikonomou / AFP via Getty Images

Dix mille manifestants se sont rassemblés dimanche à Bruxelles, faisant craindre une propagation de l'infection.

Par

Mise à jour

Les personnes qui ont assisté dimanche à 10 000 manifestants contre le racisme à Bruxelles devraient respecter les "gestes de barrière" pendant 15 jours par mesure de précaution contre la propagation du coronavirus, a déclaré Emmanuel André, responsable de la stratégie de recherche des contacts du gouvernement belge en cas d'épidémie.

Dans un tweet tard dimanche soir, il a soutenu les manifestants mais stressé «si le racisme n'existait pas, 10 000 personnes n'auraient pas eu à rappeler à Bruxelles que nous sommes tous égaux. A ces personnes, je leur demande de respecter strictement les gestes de barrière pendant 15 jours et de continuer leur combat toute leur vie. »

La manifestation devant le palais de justice de la ville n'était pas officiellement autorisée, mais «tolérée» par les autorités de la ville. Cela a commencé pacifiquement, mais plus tard dans la journée, il y a eu des violences dirigées contre la police et des pillages sporadiques. Les officiers ont utilisé des canons à eau et procédé à environ 150 arrestations.

Les organisateurs ont déclaré que la manifestation était nécessaire pour mettre en évidence le racisme systémique en Belgique malgré la pandémie. Mireille-Tseusi Robert, présidente de l'association anti-racisme Bamko-Cran, a averti que «la vie des Noirs compte moins en Belgique, comme dans d'autres pays également. Le racisme contre les Noirs est l'un des plus répandus dans le monde », parlant de l'utilisation répandue du« visage noir », notamment dans le cadre des traditions d'avant Noël dans le pays.

Concernant le potentiel de propagation de l'infection, la Première ministre belge Sophie Wilmès a tweeté son regret qu '«il n'a pas été possible de trouver une alternative respectueuse des réglementations sanitaires et des efforts de ceux qui sont en première ligne dans la lutte contre l'épidémie».

Parmi le mouvement libéral francophone, Georges-Louis Bouchez, président du parti MR, a critiqué le maire socialiste de Bruxelles, Philippe Close, pour n'avoir pas appliqué les mesures d'hygiène. Il a indiqué que le maire «avait garanti aux organisateurs et aux manifestants que les mesures sanitaires seraient respectées. Il est clair qu'il ne l'a pas fait. » George-Louis Bouchez a également appelé Close à "assumer la responsabilité des conséquences des actions d'hier".

Le maire de Bruxelles a répondu lundi que son administration «devait mettre en balance les mesures sanitaires et la liberté d'expression. Lorsque nous organisons des manifestations dans le monde entier, nous devons trouver des solutions. Peut-être qu'ils (le MR) ont un problème avec le thème de la démonstration. »

Une députée NV-A, Darya Safai, condamné sur Twitter le pillage et la destruction de magasins, ainsi que la violence contre la police. Coprésident Ecolo, Rajae Maouane, souligné que les manifestants sont venus porter des masques, tout en condamnant la minorité violente, "ce qui ne doit pas nous faire oublier les 10 000 manifestants dignes".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *