Catégories
Politique

Les agriculteurs français sonnent l'alarme dans l'effondrement du marché du fromage – POLITICO

L'ancien président français Charles de Gaulle a demandé un jour comment quiconque pouvait gouverner un pays avec 258 sortes de fromages – et cette tâche n'a fait que se compliquer dans la crise des coronavirus en tant que sommet fromagers demandent de l'aide.

Les fromagers français avertissent que les fermetures de restaurants et le ralentissement du commerce international ont provoqué une baisse de 60% des ventes de fromages de Camembert à Roquefort.

Cela pourrait laisser un excédent de fromage de 5000 tonnes à pourrir, selon Michel Lacoste, président du Conseil national des appellations d'origine laitière (CNAOL), un groupement de producteurs des 45 fromages français protégés par le lucratif label d'indication géographique de l'UE .

Les fromagers envisagent des mesures désespérées, allant de la destruction de tonnes de produits de luxe aux dérogations aux règles strictes normalement requises pour gagner un label gastronomique protégé.

"Il y a des producteurs qui subissent des baisses de prix qui sont catastrophiques", a déclaré Lacoste.

Certains agriculteurs souhaitent que l'UE les paie pour réduire leur production, faisant valoir que le stockage de fromage ne fera que retarder le problème de l'offre excédentaire.

"Aujourd'hui, c'est la France des 1 000 fromages qui est menacée", a-t-il déclaré, ajoutant que les petits opérateurs étaient économiquement fragiles.

Le coronavirus, qui a éclaté pendant le pic saisonnier de la production laitière européenne, a secoué l'industrie, car la baisse de la demande de fromages de grande valeur a conduit les agriculteurs à créer une surabondance de produits laitiers plus stockables tels que le beurre et le lait en poudre.

"Cela crée à son tour un dépassement temporaire de la production … et exerce une pression sur le marché dans son ensemble", a déclaré lundi un responsable de la Commission européenne aux journalistes, alors qu'il décrivait une "situation de choc du marché" pour les produits laitiers.

Sous la pression des gouvernements européens, la Commission européenne a décidé de payer les agriculteurs français pour stocker temporairement plus de 18 000 tonnes de fromage, afin de le garder hors du marché pendant la crise. Bruxelles a également annoncé une aide au stockage privé pour le beurre et le lait écrémé en poudre.

Mais au lieu de cela, certains agriculteurs veulent que l'UE les paie pour réduire leur production, arguant que le stockage du fromage ne fera que retarder le problème de l'offre excédentaire, jusqu'à ce qu'il réapparaisse sur le marché, maintenant les prix bas. Le lobby de l'European Milk Board, dont le président, Erwin Schöpges, a qualifié les mesures de stockage de l'UE de "mauvaises", coordonnera les manifestations dans huit pays de l'UE, dont la France et la Belgique, en déversant jeudi du lait en poudre dans les champs.

Sylvain Louis, un producteur laitier des Ardennes, sera l’une des quelque 20 agriculteurs de France à organiser des manifestations isolées sur ses propres terres, conformément aux règles de verrouillage du pays.

"Nous avons d'innombrables exemples où le stockage du lait ne fonctionne pas", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il répandrait du lait en poudre dans l'un de ses champs avec sa femme et son fils.

"Bruxelles doit fournir à nos producteurs plus de protections", a déclaré Lacoste, ajoutant que les fromagers français avaient déjà perdu 157 millions d'euros de chiffre d'affaires depuis le début de la fermeture du coronavirus.

Le CNAOL a lancé une campagne lundi pour s'assurer que l'arriéré actuel de 1 000 tonnes de fromages de haute qualité ne finira pas par exploser.

Quelque 1 000 tonnes ont déjà été détruites, données ou fondues pour être vendues en tant que fromage de qualité inférieure, a déclaré Lacoste.

C'est pourquoi les fromagers français ne se contentent pas d'attendre plus d'aide de Bruxelles.

Le marché des fromages français comme le Brie a été dévasté lors de la pandémie de coronavirus | Jean-Christophe Verhaegen / AFP via Getty Images

Les producteurs de fromages français tels que l'Emmental, Selles-sur-Cher et Fourme de Montbrison ont obtenu des dérogations gouvernementales pour modifier temporairement leurs méthodes de production sacrées afin de conserver leurs fromages plus longtemps.

Et les agriculteurs représentant environ la moitié de la production annuelle de 230 000 tonnes de fromages protégés par l'UE ont demandé au gouvernement français de leur permettre de déclencher une clause dans la politique agricole commune afin de réduire la production et de s'adapter à l'ampleur de la demande, selon Mathilde Chareyron, Représentant de l'UE pour l'ONG faîtière des indications géographiques oriGIn.

Vous voulez plus d'analyse de POLITICO? POLITICO Pro est notre service de renseignement premium pour les professionnels. Des services financiers au commerce, en passant par la technologie, la cybersécurité et bien plus, Pro fournit des informations en temps réel, des informations approfondies et des scoops de rupture dont vous avez besoin pour garder une longueur d'avance. Envoyez un e-mail à pro@politico.eu pour demander un essai gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *