Catégories
Politique

Le leader socialiste belge met en garde contre de nouvelles élections si la coalition n'est pas formée dans 50 jours – POLITICO

Chef du Parti socialiste francophone de Belgique, Paul Magnette | Bruno Fahy / AFP via Getty Images

Le roi belge a chargé lundi deux chefs de parti d'essayer de trouver une majorité au parlement.

Par

Actualisé

La Belgique pourrait faire face à une autre élection si un gouvernement de coalition n’était pas formé dans 50 jours, a déclaré lundi soir le chef du Parti socialiste francophone.

"Nous avons environ 50 jours pour trouver une solution, faute de quoi nous devrons déclencher une nouvelle élection", Paul Magnette m'a dit après que le roi l'ait chargé de rechercher des solutions de coalition possibles, avec un autre chef de parti, Bart De Wever du nationaliste N-VA, le plus grand parti de la région néerlandophone de Flandre.

L’administration actuelle dirigée par Sophie Wilmès a dirigé en tant que gardien après les élections peu concluantes de l’année dernière, mais a reçu des pouvoirs d’urgence pendant six mois pour voir le pays traverser la crise des coronavirus. Mais ces pouvoirs devraient expirer en septembre, donnant aux deux chefs de parti environ 50 jours pour tenter de parvenir à un accord de coalition ou faire face à la perspective d'un nouveau vote.

«Pendant ces 50 jours, je consacrerai toute mon énergie à la formation d'un véritable gouvernement qui a une réelle capacité d'agir», a déclaré Magnette, également maire de Charleroi, dans une vidéo publiée sur Twitter lundi soir.

De Wever, également maire d'Anvers, m'a dit dans sa propre vidéo Twitter qu'il acceptait le défi dans une période «très difficile» en raison de la crise des coronavirus. Il a déclaré que la crise "a montré que ce pays est institutionnellement totalement brisé".

Paul Dallison a contribué au reportage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *