Catégories
Politique

L'acte de disparition de l'auto-isolement d'Ursula von der Leyen – POLITICO

Appuyez sur play pour écouter cet article

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a quitté jeudi un sommet des dirigeants de l'UE pour s'isoler, mais a ensuite disparu de Bruxelles sans un mot, a admis mardi son porte-parole en chef, Eric Mamer, après plusieurs interrogatoires de journalistes.

Interrogée lors d'une conférence de presse pour une mise à jour sur le statut de von der Leyen étant donné qu'elle risquait d'être infectée par un coronavirus, Mamer a initialement refusé de divulguer l'emplacement du président, invoquant des «raisons de sécurité» non précisées. Plus tard dans la conférence de presse, il a déclaré qu'elle était en Allemagne mais n'a pas précisé si elle était chez elle à Hanovre. Il n'a pas non plus dit quand elle reviendrait à Bruxelles.

«En effet, elle s'auto-isole toujours à titre préventif et je ne peux pas vous dire quand elle sera de nouveau en circulation à Bruxelles», a déclaré Mamer en réponse à la question initiale sur la santé et la situation professionnelle de von der Leyen.

"Nous n'avons pas encore de calendrier précis pour elle et vous pouvez comprendre pourquoi", a déclaré Mamer. «Mais elle travaille toujours.» Il a noté qu'elle avait participé à une réunion avec des commissaires par vidéoconférence lundi, et a présidé une réunion du Collège des commissaires, également virtuellement, et il a dit qu'elle était – au moment même de sa réponse – en train de tenir une réunion vidéo avec le Premier ministre italien. Giuseppe Conte.

«Donc en effet, elle travaille vraiment même si elle travaille vraiment sur des réseaux virtuels», a déclaré Mamer.

En réponse à des questions de suivi plus tard dans la journée, Mamer a confirmé que von der Leyen travaillait effectivement de chez elle à Hanovre, qu'elle avait prévu d'y aller avant même d'avoir connaissance du risque d'infection et qu'il était encore plus logique d'y être pendant en isolement. Il a déclaré qu’elle voyageait en voiture officielle, avec des mesures de précaution en place, et que les «raisons de sécurité» qu’il avait évoquées lors de la conférence de presse étaient simplement une référence à la pratique normale de la Commission de ne pas discuter du voyage personnel du président.

Le caractère défensif initial lors de la conférence de presse semblait refléter les tensions accrues de la pandémie – en particulier pour les fonctionnaires «essentiels».

Von der Leyen annoncé sur Twitter jeudi qu'elle allait s'isoler. «Je viens d'apprendre qu'un membre de mon front office a été testé positif au COVID-19 ce matin», a-t-elle déclaré. «J'ai moi-même été testé négatif. Cependant, par précaution, je quitte immédiatement le Conseil européen pour m'isoler. »

Lors de la conférence de presse, la référence cryptique de Mamer au fait de ne pas savoir quand le président serait «de nouveau» à Bruxelles a soulevé plus de questions qu’elle n’a répondu, et les journalistes ont exigé des informations complémentaires.

«Je ne vais pas vous dire exactement où elle se trouve, je vais juste dire qu’elle s'auto-isole», a déclaré Mamer. «Elle n'est pas au bureau.»

Pressé à nouveau sur le fait que ses propres commentaires suggéraient que le président avait quitté la ville, Mamer a répondu: «Non, elle n'est pas à Bruxelles. Mais pour des raisons de sécurité, je ne peux pas vous le dire. »

Cet obstacle n'a fait que susciter une série de questions sur la capacité de test de la Commission et sur le point de savoir si von der Leyen avait adhéré à toutes les réglementations concernant les voyages dans des conditions pandémiques, avec un rappel que l'ancien commissaire au commerce Phil Hogan avait démissionné en août à la suite d'un scandale sur son violation des restrictions de voyage de retour chez vous en Irlande.

Mamer a insisté sur le fait que von der Leyen avait suivi toutes les règles. Mais ses réponses n'ont fait qu'alimenter plus de questions car il a insisté sur le fait que von der Leyen n'avait en fait pas été obligé de s'auto-isoler en vertu du protocole national belge, mais l'avait fait volontairement par prudence.

Cette réponse suggérait que le risque d'infection était perçu comme si grave qu'il a conduit von der Leyen à quitter le sommet des dirigeants de l'UE quelques instants avant qu'elle n'informe les chefs d'État et de gouvernement des négociations de l'UE sur les relations post-Brexit avec le Royaume-Uni ( Dans le suivi, Mamer a déclaré que la décision avait été prise pour protéger les autres dirigeants européens réunis lors du sommet.)

"Je ne dirai rien de précisément où elle se trouve", a déclaré Mamer lors de la conférence de presse. «Elle a quitté le Conseil européen pour se mettre en isolement préventif alors qu’elle avait elle-même été testée négative le matin même, mais parce qu’elle avait été en contact avec une personne qui avait été testée le même jour et qui s’était révélée positive. , il a été jugé sage pour elle d'être placée dans l'auto-isolement – ce n'est pas la quarantaine, c'est l'auto-isolement préventif, donc ce n'est pas exactement le même concept que la mise en quarantaine.

Von der Leyen a dû s'isoler une fois auparavant, suite à un risque d'infection lors d'un voyage de travail «essentiel» au Portugal, et c'est particulièrement gênant étant donné qu'elle n'a pas de résidence privée mais vit dans son bureau au 13e étage du Berlaymont, le siège de la Commission.

Mamer a indiqué que l'arrangement était l'une des raisons pour lesquelles von der Leyen avait choisi de quitter la ville. «Comme je l'ai dit, elle a quitté Bruxelles pour se mettre en isolement, ce n'est pas du tout simple de s'isoler dans l'immeuble Berlaymont avec toutes les personnes qui travaillent ici, à l'étage où se trouvent son bureau et son appartement et donc elle n'est pas plus longtemps à Bruxelles, c'est tout à fait vrai.

Vers la fin de la conférence de presse, Mamer est revenu sur la question pour clarifier. «Ce que je peux dire, c'est qu'elle se trouve effectivement en Allemagne à ce moment-là», a-t-il déclaré. «Et nous verrons à son retour en Belgique.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *