Catégories
Actualités Belges

La police belge publie une photo dans le but de déjouer le cas des «tueurs du Brabant» | Belgique

Des détectives belges ont demandé des informations sur l'identité d'un homme armé dans une nouvelle tentative de fendre le cas des «Crazy Brabant Killers», un gang qui a tué 28 personnes, dont des enfants, dans une série de raids et de vols dans le Années 80.

Une photographie d’un homme inconnu, envoyée de manière anonyme en 1986 à des officiers enquêtant sur le groupe notoire, a été réémise aux médias sur ordre d’un juge dans une tentative renouvelée d’obtenir justice pour les victimes des tueurs.

Debout dans une forêt, le suspect est photographié tenant un fusil de chasse SPAS-12 à double canon fabriqué par la société italienne Franchi.

Pendant une période de trois ans, les tueurs du Brabant ont organisé plus d'une douzaine de descentes dans les supermarchés, les auberges et les armuriers, au cours desquelles ils ont abattu des clients, du personnel et même des enfants. Ils ont soudainement cessé leurs activités et ont disparu en 1985.

Les procureurs sont dans une course contre la montre pour résoudre cette affaire de longue date, car une extension spéciale du délai de prescription s'achèvera en 2025.

Lors de la délivrance de la photo, Eric Van Duyse, porte-parole du parquet fédéral, a déclaré: «La personne qui a donné cette photo a déclaré que la personne qui se trouve sur cette photo est une personne très importante dans l'affaire Brabant Killers.

«Depuis lors, les efforts des enquêteurs (pour identifier cette personne) sont restés vains. Mais comme le dossier a été créé à partir de zéro, la décision a été prise d'appeler le public pour tenter de retrouver enfin cette personne car elle est potentiellement intéressante. C'est une autre étape de l'enquête. »

Le maniement efficace des armes par le gang a fait naître des théories selon lesquelles elles étaient liées à la gendarmerie, ancienne force de police paramilitaire belge.

Il a également été suggéré que le groupe faisait partie d'une tentative d'extrême gauche ou de droite de saper l'État, ce que l'année dernière, le gouvernement belge a confirmé qu'il restait «une possibilité».

L’indifférence apparente du gang francophone à la souffrance et sa disparition soudaine et inexpliquée après une série de meurtres ont fait en sorte que l’affaire a longtemps retenu l’imagination du public en Belgique.

Le gang – composé généralement de trois hommes déguisés portant de la peinture pour le visage, connus sous le nom de «le géant», «le tueur» et «le vieil homme», qui était également le chauffeur de l'escapade – prenait parfois de la petite caisse et des biens de faible valeur, mais est apparu content de tirer sur n'importe qui sur leur chemin.

La police recherche également des informations sur un homme avec une tache de vin tache de vin de 3 à 5 cm sur la nuque qui a participé à l'une des descentes du gang dans un supermarché Delhaize à Beersel, dans la banlieue sud de Bruxelles, en octobre 1983. .

Le suspect aurait été grand, d'environ 1,85 à 1,9 mètre (un peu plus de 6 pieds). La chaîne de supermarchés offre une récompense de 250 000 € (223 000 £) en échange d'informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *