Catégories
Actualités Belges

La police belge arrête 25 hommes, dont un député européen, alors que la fête du sexe brise le couvre-feu | Nouvelles du monde

Un groupe de 25 hommes, qui comprendrait un député européen qui s'est blessé alors qu'il tentait de fuir par une fenêtre, a été arrêté par la police belge pour avoir violé le verrouillage du coronavirus après avoir été découvert lors d'une soirée sexuelle au-dessus d'un bar à Bruxelles.

Le rassemblement illégal, organisé rue des Pierres à quelques mètres d’un poste de police et près de la Grand Place dans le centre historique de la capitale belge, a été interrompu par la police vendredi soir.

Selon les rapports locaux, alors que la police pénétrait dans le bâtiment, un député européen anonyme a cherché à s'échapper sur le rebord d'une fenêtre mais s'est blessé dans le processus. Il a ensuite revendiqué l'immunité diplomatique.

Des diplomates affectés à Bruxelles pour représenter les 27 États membres de l'UE auraient également fait partie du groupe, dont beaucoup ont été retrouvés nus. Des drogues ont également été découvertes sur les lieux. Une source a déclaré au journal DH Sports: «Nous avons interrompu un gang bang».

Bruxelles est sous un couvre-feu de 22 h 00 à 6 h 00, et tous les bars et restaurants ont reçu l'ordre de fermer jusqu'à la mi-janvier. Les masques doivent valoir à la fois à l'intérieur et à l'extérieur dans les espaces publics, et les rassemblements de plus de quatre personnes sont interdits. Les personnes qui ont enfreint la réglementation s'exposent à une amende de 250 € (224 £).

Graphique

Les députés européens ne peuvent faire l'objet d'aucune forme d'enquête, de détention ou de poursuites judiciaires en raison d'opinions exprimées ou de votes émis, mais ils ne bénéficient d'aucune immunité lorsqu'ils sont reconnus coupables d'un acte criminel.

Des responsables du ministère belge des Affaires étrangères auraient été appelés à donner des conseils aux petites heures du matin et le maire de Bruxelles, Philippe Close, en a été informé.

Les hommes ont été remis en liberté mais un porte-parole du parquet a déclaré qu’une enquête se poursuivait. Il a refusé d'identifier les personnes impliquées.

Le porte-parole a déclaré: «Je peux confirmer qu'une vingtaine de personnes ont été condamnées à une amende pour non-respect des mesures sanitaires à la suite d'une soirée organisée vendredi soir au premier étage d'un immeuble du centre de Bruxelles. La procédure est en cours. »

Une source au Parlement européen a déclaré: «Il n'y a rien de mal à participer à une fête du sexe de quelque nature que ce soit. Cependant, de telles réunions avec de nombreuses personnes sont illégales en vertu des lois sur les coronavirus. Le fait d'être couvert par l'immunité parlementaire ne dispense personne de respecter la loi. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *