Catégories
Actualités Belges

La légende de la mode Martin Margiela revient en tant qu'artiste | Mode

Après 12 ans à l'écart du public, le créateur de mode reclus Martin Margiela a annoncé son retour en tant qu'artiste.

Le Belge, qui s'est retiré du stylisme en 2009, va exposer à la galerie Lafayette Anticipations à Paris.

L'exposition, simplement appelée Martin Margiela, ouvrira le 15 avril et présentera une collection de ses sculptures, photographies et installations, toutes inédites en public.

«Cette exposition célèbre l'idée que Martin Margiela a toujours été un artiste, dont le travail s'est joué depuis, à l'intérieur et à l'extérieur du monde de l'art», a déclaré la galerie dans un communiqué. «(Il) nous a toujours fait regarder les choses avec un regard neuf. À contre-courant, il a cultivé une obsession pour les personnes discrètes, les objets abandonnés et les lieux et événements oubliés, leur conférant une nouvelle dignité.

Un mannequin porte une création de la collection automne / hiver 2008 de la Maison Martin Margiela
Un mannequin porte une création de la collection automne / hiver 2008 de la Maison Martin Margiela. Photographie: Horacio Villalobos / EPA

Margiela est diplômée de l'Académie Royale des Beaux-Arts d'Anvers en 1979 et a travaillé pour Jean Paul Gaultier entre 1984 et 1987 avant de lancer sa société de mode Maison Martin Margiela (maintenant connue sous le nom de Maison Margiela).

Les créations de Margiela étaient postmodernes et anti-mode. Il démontait les vêtements précédemment portés et les remettait en place grâce à des techniques telles que le blanchiment et le tranchage. Il laisserait des fils et des doublures exposés dans ses créations, soulignant le rôle de l'atelier dans le processus de production. Son article de marque, la «veste perruque», était un exemple à la mode de ce genre de déconstructionnisme révolutionnaire du bricolage: un rendu d'une veste de fourrure faite avec des cheveux acryliques bruns qui prenaient 51 heures à coudre ensemble.

«Il a inventé la mode conceptuelle des beaux-arts», a déclaré le professeur Angela McRobbie de l’université de Londres, qui a ajouté que son influence pouvait être vue aujourd'hui chez des designers tels que Demna Gvasalia et Hussein Chalayan de Balenciaga.

Margiela lui-même était une énigme. Dirigeant son label en contraste frappant avec les grands créateurs de l'époque qui échangeaient sur leur marque et leur image, il a insisté sur le fait qu'aucune photographie n'avait été prise de lui, les interviews n'étaient pas menées en face à face et il n'a pas fait de fin de podium. -montrer les arcs. En 2011, il a déclaré à l'Independent, par fax, «nous préférons nous concentrer sur les vêtements et non sur tout ce qui est mis autour d'eux dans les médias».

Son magasin phare à Bruxelles était entièrement peint en blanc et l'une de ses marques de fabrique était une étiquette blanche anonyme cousue sur ses vêtements. "Il a refusé l'attrait de la célébrité, restant largement invisible", a déclaré McRobbie.

Défilé printemps / été 2006 de la Maison Martin Margiela à Paris en 2005
Défilé printemps / été 2006 de la Maison Martin Margiela à Paris en 2005. Le créateur a quitté la marque en 2009. Photographie: Pierre Verdy / AFP / Getty Images

Après 41 défilés entre 1989 et 2009, il a annoncé sa retraite. «Il en avait marre du système d'avoir à faire autant de collections par an», a déclaré Reiner Holzemer, le réalisateur du documentaire Martin Margiela: Dans ses propres mots, au Guardian l'année dernière. «Après son départ, il a souffert physiquement et il lui a fallu un an pour se remettre du stress. Holzemer a déclaré que le concepteur avait inscrit dans son contrat qu'il ne serait jamais vu à la caméra.

«Le fait qu'il ait réussi à continuer à travailler comme il l'a fait témoigne de son éthique anti-commerciale et de sa vision d'artiste», a déclaré McRobbie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *