Catégories
Politique

La Belgique resserre les restrictions au milieu des craintes d'une deuxième vague de coronavirus – POLITICO

Appuyez sur play pour écouter cet article

En vue d'une forte augmentation des cas de coronavirus en Belgique, le gouvernement a décidé jeudi de rendre obligatoire l'utilisation plus large des masques faciaux et l'obligation pour les bars et les restaurants de conserver les coordonnées des clients.

Le Premier ministre Sophie Wilmès a annoncé les nouvelles mesures à l'issue d'une réunion du conseil de sécurité nationale.

Les règles renforcées font suite à une augmentation significative des cas belges depuis la semaine dernière. En moyenne, 193 nouveaux cas sont désormais enregistrés chaque jour, avec un pic de plus de 370 cas le 20 juillet. Le nombre de reproduction a dépassé un.

"Les derniers chiffres ne doivent pas nous faire paniquer, mais nous devons les prendre au sérieux", a déclaré Wilmès.

Le pic n'était "pas anormal" mais "devrait rester sous contrôle", a-t-elle déclaré. "Une prudence absolue est requise ou nous devrons prendre des mesures très strictes."

Les masques sont recommandés partout où il est difficile de garder une distance suffisante.

A partir du samedi, les masques seront obligatoires dans les bâtiments publics, les bars, les restaurants et les hôtels, sauf lorsque les gens sont assis. Des masques seront également nécessaires dans certains espaces extérieurs tels que les marchés, les rues commerçantes et d'autres endroits où de nombreuses personnes se rassemblent.

Plus largement, les masques sont recommandés partout où il est difficile de garder une distance suffisante.

Actuellement, les masques ne sont obligatoires que dans les espaces publics intérieurs, tels que les magasins, les cinémas, les lieux de culte, les musées et les bibliothèques.

Pendant ce temps, les bulles de contact – le nombre de personnes avec lesquelles les Belges sont autorisés à avoir des interactions hebdomadaires – restent limitées à 15.

«Si tout le monde respecte la règle des 15, nous n'avons pas besoin de limiter davantage», a déclaré Wilmès.

Ce plafond a été controversé, car certains experts avaient proposé que le gouvernement le ramène à 10. Ele pidémiologiste Pierre Van Damme a fait valoir dans un entretien avec VTM Nieuws le 22 juillet, que la bulle n’était pas appliquée correctement.

Cependant, Wilmès a déclaré que le conseil national de sécurité «avait eu une discussion sérieuse à ce sujet, car la résurgence était causée par des personnes qui ne respectaient pas les 15.»

"Les gens qui respectaient 15 seraient punis si nous limitions désormais les bulles à 10", a-t-elle ajouté.

En outre, les restaurants et les bars seront obligés de conserver une adresse e-mail ou un numéro de téléphone des clients pour faciliter la recherche des contacts – pour les restaurants, une seule personne par table doit fournir ses coordonnées. Ces données ne peuvent être utilisées à aucune autre fin que la lutte contre le virus et doivent être supprimées après 14 jours.

Dans certains cas, des verrouillages locaux peuvent être recommandés. Si les maires veulent imposer des mesures supplémentaires, ils doivent consulter les autorités régionales et les gouverneurs de province pour assurer la cohérence.

Les nouvelles mesures interviennent alors que les chiffres indiquent que l'épidémie est à nouveau en hausse en Belgique, le nombre moyen de cas pour les sept derniers jours ayant augmenté de 91 pour cent. Les admissions à l'hôpital ont augmenté de 40%.

Alors que la région d'Anvers a connu la plupart des nouvelles infections, le nombre de cas augmente dans toutes les provinces à l'exception du Brabant wallon. Les jeunes adultes entre 20 et 30 ans sont les plus touchés.

Shoppers dans le centre d'Anvers | Photo de la piscine par Dirk Waem / AFP via Getty Images

Le virus se propage maintenant parmi la population générale, a confirmé Boudewijn Catry, épidémiologiste à l'institut national de santé publique belge.

«Là où nous avons initialement vu qu'il était concentré autour de certaines situations, il y a maintenant une confirmation croissante que le virus se propage parmi la population générale», a-t-il déclaré à VRT NWS.

Les dirigeants locaux se sont également plaints de ne pas disposer des données nécessaires pour trouver les origines des épidémies locales.

"En tant que gouvernement local, nous n'obtenons des chiffres qu'au niveau urbain, de sorte que des actions ciblées ne sont pas possibles", a déclaré le maire d'Anvers Bart De Wever à De Morgen. "C'est en fait incompréhensible."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *