Catégories
Politique

Guide de POLITICO sur l'accord budgétaire de l'UE – POLITICO

Appuyez sur play pour écouter cet article

Après plus de deux ans de négociations et une pandémie mondiale, les dirigeants de l'UE se sont mis d'accord sur leurs plans de dépenses pour les sept prochaines années.

Le cadre financier pluriannuel (CFP) 2021-2027 s'élèvera à 1,074 billion d'euros et sera accompagné d'un fonds de relance de l'UE de 750 milliards d'euros, dans le cadre du plan révolutionnaire qui verra également les pays emprunter conjointement sur les marchés financiers pour la première fois.

Mais qui obtient quoi – et dans quelles conditions? POLITICO a la panne.

Reprise de crise

La majeure partie du fonds de relance du coronavirus – 312,5 milliards d'euros de subventions et 360 milliards d'euros de prêts – sera dépensée par le biais d'un nouveau mécanisme de relance et de résilience (FRR) pour aider les pays à traverser la crise. La partie subvention est liée aux plans de relance nationaux, ce qui signifie qu'elle est liée aux réformes économiques: les pays recevront des paiements en fonction de leurs progrès vers certains objectifs. Sous la pression d'économiser des euros, les dirigeants ont rejeté l'idée d'un «instrument de solvabilité» de 26 milliards d'euros destiné à soutenir les entreprises en danger de faillite en raison de la crise.

Agriculture

Le budget de la politique agricole commune est fixé à 336,4 milliards d'euros, dont 258,6 milliards d'euros pour le premier pilier (qui finance principalement les paiements directs aux agriculteurs) et 77,9 milliards d'euros pour le développement rural, qui finance des programmes verts et sociaux. Il s’agit d’une diminution d’environ 46 milliards d’euros par rapport au budget de la PAC 2014-2020 pour l’UE27. Le nouvel accord comprend également 7,5 milliards d'euros de subventions de développement rural du fonds de relance de l'UE, destinées à aider les agriculteurs à réaliser les ambitions climatiques de l'Union. Ce chiffre a été réduit de moitié au cours des dernières étapes des négociations – mais peut-être pour atténuer le choc, les dirigeants ont accepté de réserver près de 5,4 milliards d'euros de cadeaux pour 15 pays à partir du budget de développement rural de la PAC. La France reçoit la plus grande part, tandis que l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne sont les prochains plus grands bénéficiaires.

Cohésion

Le financement de la cohésion – conçu pour mettre les pays et les régions d'Europe sur un pied d'égalité – s'élève à 330 milliards d'euros, et il y a également un complément de 47,5 milliards d'euros dans le cadre d'un nouveau programme ReactEU qui fait partie du fonds de relance. Au cours des deux dernières années, les pays du Sud et de l’Est se sont battus pour relever la proposition initiale de la Commission, qui prévoyait 330,6 milliards d’euros de dépenses de cohésion – une réduction de 10% par rapport aux dépenses actuelles de l’UE27.

Climat

Les dirigeants ont convenu de consacrer 30% de l'ensemble du budget aux objectifs climatiques, une victoire pour les militants. Ils ont également convenu de créer un nouveau Fonds pour une transition juste pour aider les régions polluantes à financer une transition vers des industries plus propres. Mais cela recevra 17,5 milliards d'euros au total de l'accord final, après que la dotation proposée par le fonds de redressement ait été considérablement réduite. La Pologne ne pourra accéder qu'à 50% de son allocation du Fonds pour une transition juste jusqu'à ce qu'elle s'engage à mettre en œuvre l'objectif de l'UE d'atteindre la neutralité climatique d'ici 2050, mais elle a vu cela comme une victoire par rapport au langage précédent.

Santé

Les groupes de santé se sont vus promis de «changer la donne» d'un programme dans le cadre du nouveau budget, mais – au milieu d'une pandémie mondiale – ils sont sûrs d'être déçus. Le nouveau programme de santé recevra 1,7 milliard d'euros. C’est toujours le cas de la proposition de la Commission avant la crise, mais une infime baisse par rapport à l'agriculture ou au financement régional. Les projets d'ajout de près de 8 milliards d'euros pour la santé du fonds de relance de l'UE ont été annulés lors des négociations finales. RescEU, un programme distinct utilisé pour stocker des équipements médicaux ainsi que d'autres actifs d'urgence, recevra 3 milliards d'euros au total.

Recherche et innovation

Horizon Europe recevra 80,9 milliards d'euros au total (75,9 milliards d'euros du CFP plus 5 milliards d'euros du fonds de relance). C'est 16,2 milliards d'euros de plus que lors de la période budgétaire précédente si vous mettez de côté ce qui est allé aux chercheurs britanniques, mais la recherche et l'innovation ont subi une grosse perte au cours des négociations après que la Commission a présenté une proposition majeure dans le cadre de ses efforts pour déplacer les priorités budgétaires. des programmes traditionnels.

Numérique

Le programme Digital Europe pour financer le calcul haute performance, l'intelligence artificielle et la cybersécurité a obtenu un peu moins de 6,8 milliards d'euros – une énorme augmentation par rapport aux 183 millions d'euros alloués au numérique au cours de la dernière période budgétaire. Mais cela n’était pas suffisant pour l’industrie technologique européenne, qui au cours des dernières semaines avait fait pression pour obtenir un budget plus important pour rivaliser avec la Chine et les États-Unis. La Commission avait initialement suggéré de dépenser 8,2 milliards d’euros.

Infrastructure

Les infrastructures de transport reçoivent 11,4 milliards d'euros (plus 10 milliards d'euros dédiés au titre du financement régional), dont 1,4 milliard d'euros pour les chemins de fer, un chiffre en baisse par rapport à la dernière période budgétaire. Au total, 5,2 milliards d’euros iront aux infrastructures énergétiques, 1,8 milliard d’euros aux infrastructures numériques et 13,2 milliards d’euros au programme spatial de l’Union, qui représentent tous de petites augmentations par rapport au budget septennal précédent.

Développement et migration

L'instrument de voisinage, de développement et de coopération internationale recevra 70,8 milliards d'euros sur le budget de l'UE. Le bloc a dépensé 71,8 milliards d'euros en programmes de voisinage et de développement au cours de la période budgétaire actuelle. De la même manière, les programmes de migration et de gestion des frontières bénéficieront d'un plus gros montant de liquidités dans le nouveau budget, mais moins que ce que la Commission voulait: l'accord fixe un budget de 22,7 milliards d'euros (la Commission a demandé 30,8 milliards d'euros).

Plastiques, émissions et taxes numériques

Les plans tracent une voie pour ajouter de nouvelles sources de revenus au budget de l'UE, mais une seule est concrète: un prélèvement basé sur les déchets plastiques non recyclés qui sera appliqué à partir du 1er janvier. début 2021 – dans le but d'introduire les taxes d'ici 2023 – ainsi qu'une future proposition de collecte des revenus du système d'échange de quotas d'émission de carbone de l'Union dans le budget de l'UE (malgré l'opposition de la Pologne). Cela pourrait être étendu à l'aviation et au maritime. Enfin, les dirigeants ont promis de «travailler à» d'autres prélèvements «pouvant inclure une taxe sur les transactions financières».

Règle de loi

La proposition de lier le financement de l'UE à l'état de droit a été l'une des plus controversées des négociations, car la Hongrie et la Pologne se sont opposées à un lien fort et l'accord final a édulcoré le libellé précédent. «Un régime de conditionnalité pour protéger le budget et la prochaine génération de l'UE sera introduit», a-t-il déclaré, avec des sanctions éventuelles devant être adoptées à la majorité qualifiée au Conseil. «Le Conseil européen reviendra rapidement sur la question.» Mais les deux parties ont revendiqué la victoire – en s'assurant que ce combat se poursuivra.

Remboursements et cadeaux

L'accord final comprend des remises annuelles sur les contributions budgétaires – dites remises – de cinq pays: l'Allemagne (3,671 milliards d'euros par an); les Pays-Bas (1,921 milliard d'euros par an); Suède (1,069 milliard d'euros par an); Autriche (565 millions d'euros par an); et le Danemark (377 millions d'euros par an). Il contient également une gamme de cadeaux personnalisés à différents pays, dont 200 millions d'euros chacun pour la Belgique et la Bulgarie et 1,6 milliard d'euros pour la République tchèque.

Brexit

Le budget comprend 5 milliards d'euros pour une réserve spéciale d'ajustement pour le Brexit qui ira aux pays et aux industries «les plus touchés», un ajout dont le Premier ministre irlandais Micheál Martin s'est particulièrement réjoui.

Eddy Wax, Louise Guillot, Jillian Deutsch et Laura Kayali ont contribué au reportage.

Vous voulez plus d'analyse de POLITICO? POLITICO Pro est notre service de renseignement premium pour les professionnels. Des services financiers au commerce, en passant par la technologie, la cybersécurité et plus encore, Pro fournit des informations en temps réel, des informations approfondies et des scoops dont vous avez besoin pour garder une longueur d'avance. Envoyez un e-mail à pro@politico.eu pour demander un essai gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *