Catégories
Politique

Ce n'est pas le moment de regretter la réponse aux coronavirus – POLITICO

La Première ministre belge Sophie Wilmès | John Thys / AFP via Getty Images

Le Premier ministre défend la réponse du pays, déclarant que le temps des regrets viendra plus tard.

Par

Actualisé

Il y aura "certainement" des regrets sur la manière dont la Belgique a répondu à la pandémie de coronavirus, a déclaré la Première ministre Sophie Wilmès, "mais pas encore."

Wilmès a déclaré à la RTBF que toutes les personnes impliquées dans la réponse avaient agi «avec les connaissances et les moyens dont nous disposions».

Le Premier ministre a déclaré que le moment viendrait pour une analyse calme de la façon dont la situation dans les maisons de retraite était gérée. Cependant, elle a nié que le secteur ait été sacrifié, affirmant que le personnel de ces foyers faisait de son mieux. Interrogé sur la question de savoir si la Belgique aurait dû mettre en place davantage de politiques préventives, Wilmès a déclaré que la réponse à cette question proviendrait d'une analyse plus approfondie, mais a ajouté que la question ne relevait pas de la compétence fédérale.

Quant à savoir si la priorité avait été donnée à l'économie au détriment d'autres domaines, Wilmès a nié cela, affirmant que même avec des restrictions limitées, l'économie avait "du mal à redémarrer".

Plus tôt ce mois-ci, la ministre belge de la Santé, Maggie De Block, a écrit dans POLITICO: «Bien que nous ayons obtenu suffisamment de respirateurs et d’équipements de protection individuelle pour le personnel hospitalier, nous n’avons pas réussi à fournir suffisamment d’équipements de protection à nos soignants dans les maisons de retraite. dans d'autres pays, cela a entraîné une forte proportion de personnes âgées parmi nos victimes du COVID-19. Ce sont des tragédies humaines sur lesquelles nous devons sérieusement enquêter et apprendre. "

Cependant, elle a ajouté que "la Belgique n'était certainement pas le pire pays dans sa réponse à la pandémie".

Aujourd'hui, le Premier ministre préside une réunion sur le nombre croissant de cas de coronavirus dans le pays. Sur la base des résultats de la discussion, une réunion du Conseil de sécurité nationale belge pourrait être convoquée plus tôt que sa réunion prévue jeudi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *