Catégories
Actualités Belges

Bruxelles nommera la place publique après les sœurs Brontë | Nouvelles du monde

Une place à Bruxelles portera le nom des sœurs Brontë, premier hommage du genre dans la capitale belge, plus de 178 ans après l'arrivée de Charlotte et Emily dans la ville pour étudier le français.

Les conseillers du quartier nord-ouest de Koekelberg ont voté pour nommer une place «Place des Sœurs Brontë» en français, ou «Zusters Brontë plein» en néerlandais, dans le cadre d'un plan plus large de «féminisation» des lieux publics. Les autorités locales ont constaté que la grande majorité de ses rues et places portant le nom d'une personne commémoraient des hommes.

La résolution en faveur du changement de nom de la place décrit les trois sœurs – dont Anne Brontë, qui n'est jamais allée à Bruxelles – comme des «modèles d'émancipation».

«C'est pour nous un hommage aux talents littéraires des sœurs Brontë et un honneur pour la commune de Koekelberg de commémorer les présences de deux des trois sœurs de notre commune», a déclaré Ahmed Laaouej, maire socialiste de Koekelberg.

La place est en cours de réaménagement – elle a récemment été piétonne – et abrite le centre culturel local et la bibliothèque de langue néerlandaise. Le nouveau nom devrait être officialisé au début de 2021 dans le cadre d'un programme de changement de nom de rue.

Charlotte et Emily Brontë sont arrivées à Bruxelles en février 1842, à l'âge de 25 et 23 ans. C'était leur premier et unique voyage à l'étranger. Les sœurs espéraient que l'amélioration de leur langue les aiderait à ouvrir un pensionnat dans leur maison de Haworth Parsonage – un plan qui ne s'est jamais concrétisé lorsqu'elles se sont tournées vers l'écriture de romans tels que Jane Eyre et Wuthering Heights.

Dans une lettre avant son arrivée, Charlotte Brontë a décrit Bruxelles comme sa «terre promise» et a déclaré qu'en six mois, elle espérait acquérir «une connaissance approfondie du français… s'améliorer considérablement en italien, et même avoir un peu d'allemand». Les sœurs vivaient dans le centre-ville mais ont visité Koekelberg pour voir leurs amis du Yorkshire Mary et Martha Taylor, qui ont étudié à l'école du Château de Koekelberg, un établissement plus cher au-delà des moyens des sœurs Brontë.

Lorsque les sœurs Brontë rencontraient les Taylors dans un parc à 100 mètres du site de la nouvelle place, Koekelberg était un quartier tranquille, avec des avenues bordées d'arbres et de grandes maisons. Maintenant, c'est un paysage urbain mieux connu pour la vaste basilique Art déco du Sacré-Cœur qui plane sur les toits de Bruxelles.

Martha est décédée du choléra en 1842 et Charlotte visitera plus tard sa tombe dans un cimetière protestant local au cours de longues promenades solitaires. En 1843, Emily avait définitivement quitté Bruxelles et Charlotte, solitaire et déprimée, luttait contre son amour obsessionnel non partagé pour son professeur de français marié, Constantin Heger, plus tard légèrement déguisé en M. Paul Emanuel, colérique, à Villette.

Helen MacEwan, fondatrice de la Brussels Brontë Society et auteure des Brontës à Bruxelles, a déclaré que la dénomination de la place était une excellente nouvelle. «Ce sera un point très important à Koekelberg, donc même si nous n’avons pas de rue dans le centre de Bruxelles, où ils vivaient réellement, je pense que nous pouvons tous être absolument ravis.»

Pour l'instant, la seule trace du séjour des Brontës à Bruxelles est une minuscule plaque sur le centre culturel Bozar, construit à proximité de l'école – aujourd'hui démolie depuis longtemps – où Charlotte et Emily Brontë ont vécu et travaillé. La plaque a été érigée par la Société Brontë en 1979, mais jusqu'à présent, Bruxelles n'a jamais reconnu les romanciers anglais sur les murs des villes ou les noms de rues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *