Catégories
Politique

Aucun chef d'accusation pour la mort d'un adolescent bruxellois tué par une voiture de police: procureur – POLITICO

Une voiture d'ambulance escortée par une police civile à Bruxelles | Stéphanie Lecocq / EFE via EPA

Mehdi Bouda, 17 ans, est décédé après avoir été renversé par une voiture de police l'année dernière.

Par

Mis à jour

Le parquet de Bruxelles a déclaré que personne ne serait inculpé pour la mort d'un adolescent écrasé par une voiture de police en 2019, une affaire qui a suscité un regain d'attention lors des manifestations de Black Lives Matter cette année.

Le juge d'instruction a déclaré qu'aucune infraction n'avait été commise et que les preuves étaient insuffisantes pour inculper quelqu'un, a ajouté le bureau du procureur.

En août 2019, un garçon de 17 ans, Mehdi Bouda, est décédé après avoir été heurté par une voiture de police près du quartier central du Mont des Arts de la capitale belge.

Selon le communiqué du parquet de jeudi, l'adolescent fuyait des policiers qui lui avaient posé des questions sur son identité dans le cadre d'un contrôle antidopage. Alors qu'il courait, il a été heurté par une voiture de police roulant à 95 km / h, qui se dirigeait vers les lieux d'un cambriolage.

Selon un expert en circulation qui s'est entretenu avec les enquêteurs, la voiture de police – qui n'avait pas ses sirènes allumées – n'aurait pas pu éviter l'adolescent même si elle roulait à 50 kilomètres à l'heure.

"Aucun élément grave n'indique l'existence d'une infraction pénale commise par les protagonistes de l'affaire", a déclaré le parquet.

La mort de l'adolescent a provoqué un tollé, les manifestants réclamant à plusieurs reprises «justice pour Mehdi». Il a reçu une attention encore plus grande en raison des manifestations Black Lives Matter de cette année et de leur accent sur le profilage racial et la violence policière.

Au milieu des manifestations de cet été, le frère de Bouda, Ayoub, a déclaré au Soir: "Si son nom n'avait pas été Mehdi, sa famille … aurait eu droit à des excuses de la police et du maire."

Il a ajouté: "Et nous aurions eu justice. Le policier qui a tué mon frère ne serait pas retourné au travail."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *