Catégories
Politique

Arrestations en Espagne pour financement illégal présumé de la vie en exil de l'ancien président catalan – POLITICO

La police espagnole a arrêté une douzaine d'hommes d'affaires catalans influents dans le cadre d'une enquête sur des allégations selon lesquelles des fonds publics auraient été détournés pour payer les dépenses de l'ancien président catalan Carles Puigdemont en Belgique, où il s'est enfui suite à l'échec d'une offre séparatiste en 2017.

L'enquête, qui a débuté il y a un an et demi et est dirigée par un procureur basé à Barcelone, vise à clarifier si la campagne qui a mené au référendum illégal sur la sécession et les frais de subsistance ultérieurs de Puigdemont en Belgique ont été financés en détournant des fonds publics de la organisme local chargé de l'administration de la province de Barcelone. Ces fonds étaient initialement destinés aux organisations travaillant sur la coopération internationale.

Les personnes arrêtées par la Guardia Civil mercredi matin, soupçonnées de détournement de fonds publics et de blanchiment d'argent ont des liens étroits avec les partis au pouvoir indépendantistes de Catalogne, Ensemble pour la Catalogne et la Gauche républicaine catalane (ERC), selon le journal catalan La Vanguardia.

La liste comprend Xavier Vendrell, ancien membre du gouvernement catalan et ancien membre du groupe terroriste dissous Terra Lliure; Oriol Soler, un homme d'affaires influent des médias; David Madí, ancien porte-parole d'un précédent gouvernement catalan dirigé par Artur Mas; et l’historien Josep Lluís Alay, qui dirige le bureau de Puigdemont à Barcelone. D'autres arrestations devraient suivre plus tard dans la journée.

La Guardia Civil effectue des recherches dans les maisons et les bureaux de plusieurs villes catalanes, notamment Barcelone, Gérone, Sant Quirze del Vallès, Sant Joan Despí, Vilafranca del Penedès, Cabrera de Mar, Igualada et Montcada i Reixac.

Puigdemont, aujourd'hui député européen, tweeté: «Ils tentent la mort politique et civile du mouvement indépendantiste, car trois ans après la déclaration d'indépendance, nous continuons à lutter pour une cause juste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *